LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

28 mai, 2019

ECOLOGISTE EGALE FUMISTE

Classé dans : Ecologie — inconnaissance @ 14:01

L’écologie est la nouvelle religion, le nouvel opium du peuple : rêve + bons sentiments + culpabilisation. C’est 20 % de religion naturelle, 50 % d’international humaniste et 30 % de libéralisme.

D’abord, si le réchauffement climatique est avéré, ses conséquences ne peuvent pas être précisées scientifiquement (à part peut-être l’élévation du niveau de la mer) c’est trop compliqué, il y a trop de paramètres. On ne peut donc pas mettre en place une politique sur la base de conséquences supposées.

De toute façon, il n’est pas question pour les écologistes, de remettre en cause le système économique qui nous a menés là où nous sommes. Ils sont libéraux. (macronistes, européistes, mondialistes) . On verra comment.

Lutte contre le réchauffement climatique. c’est pour le coup, là, que le niveau national est parfaitement ridicule, surtout que la France est parmi les meilleurs élèves du monde.

Mais les écologistes ont dans leurs gènes la haine de la civilisation occidentale et notamment française parce qu’on a hérité des pires. La suite est logique.

Il ne s’agit donc surtout pas de s’occuper des gros pollueurs de la planète ou de s’inquiéter de l’augmentation effrayante de pollueurs potentiels (augmentation de la population mondiale)

Il s’agit, comme pour la dette, de trouver une raison pour exploiter les Français, de leur soutirer tout l’argent possible jusqu’à la saint glinglin et de l’utiliser pour financer des projets libéraux et mondialistes. (immigration etc) .

Il s’agit de demander aux Français d’être exemplaires pour tous les autres, d’expier pour tous les autres.

Il s’agit de les culpabiliser par rapport à leur propre niveau de vie, par rapport à un idéal inatteignable. (Alors que tout ce qui est solution écologique est une blague : éolienne, voitures électriques dont le bilan carbone global -extraction des métaux spéciaux + électricité pour les recharges – est très problématique)

La religion naturelle, c’est la haine du mode de vie occidental.

Il s’agit de participer, avec un nouveau concept ad hoc, à la mondialisation.

Et donc on a le rêve dans sa plus belle expression : un avenir très lointain et très confus

On a les bons sentiments : qui ne voudrait pas sauver tous les petits nenfants du monde

On a la culpabilisation : responsable, comme Titan , du sort du monde.

 

2 commentaires »

  1. Nicolas

    Bonjour (ou plutôt bonsoir !),

    Je suis avec intérêt vos blogs mais je me dois ici d’apporter quelques nuances et précisions, même si je respecte votre point de vue. – Attention à ne pas confondre : l’écologie scientifique (l’étude des relations des êtres vivants entre eux, et entre eux et leur milieu), avec la conservation de la biodiversité, ni avec l’écologie politique, le développement durable.

    L’écologie (sous domaine de la biologie) est une science naturelle, qui étudie les relations des êtres vivants entre eux et avec leurs milieux. L’écologie, en tant que science, ne concerne pas l’écologie politique ou les associations de protection de l’environnement ; elle permet de mieux comprendre l’environnement biophysique et l’environnement humain, les relations entre les êtres vivants, et les changements qui s’opèrent dans ces relations.

    L’environnement, dans un sens global, concerne la biosphère et de plus en plus les préoccupations de l’humanité pour la préservation et la protection d’une ou plusieurs parties de la planète, l’habitat (atmosphère, océans, continents, rivières, forêts, etc.), l’environnement biophysique. Les concepts, les sciences, les méthodes et les outils permettent d’agir pour contrer la dégradation des conditions de l’environnement humain.

    Les mouvements politiques et civiles de « protection de l’environnement » vont dans cette direction.

    Enfin la conservation de la nature, comme la sauvegarde de la forêt, des espèces animales et végétales en danger d’extinction, etc.

    Cordialement !

    Commentaire by Nicolas — 29 mai, 2019 @ 22:23

  2. inconnaissance

    Je suis d’accord avec toute la première partie. Ensuite, c’est moins clair.
    Pour me faire comprendre, je ferais 3 remarques.
    1 il n’est pas dans l’habitude de la science de prendre des positions politiques ou de faire des choix concernant l’avenir des hommes.
    2 Vous ne pouvez pas parler de globalité, de biosphère, sans élucider la question de la nature de l’espèce humaine. sur quoi se fonde-t-on pour parler de l’humanité, quand ce sont des hommes qui parlent ?
    3 il faut concevoir l’idée que l’évolution de l’espèce humaine est telle, qu’elle est en marche vers sa propre perte.

    Commentaire by inconnaissance — 30 mai, 2019 @ 20:13

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...