LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

17 septembre, 2019

COLLE, COLLONS, COLLEZ

Classé dans : Affectivite — inconnaissance @ 20:11

Quand on met un enfant au monde -et Dieu sait que certains sont prêts à tout pour le faire, c’est tellement socialement valorisant – on met, comme qui dirait, cet enfant en circulation dans la société qui décidera quel sens elle lui donnera, et quel usage elle en fera. Tout est fait pour qu’il ne vive pas autrement que pour la société . Même quand il croira poursuivre des buts égoïstes, tout sera fait pour que sa façon de se penser, de se concevoir, soit exactement celle qu’il doit à la société.

On a vu qu’on ne souhaite qu’une chose : être accepté dans ce monde. On ne veut qu’une chose : participer, coopérer, collaborer, à ce monde. On est partant, motivé.

Rien d’étonnant, non seulement la structure de la pensée est faite pour cela, mais en plus, ce désir d’être un bon et zélé citoyen est renforcé par le fait qu’on colle à tout. Dieu est bon, le monde est bon, l’ordre établi est bon, le progrès est bon, l’espèce humaine est bonne, notre chef de l’État est bon – ça crève les yeux. Comment pourrait-on, dans ces conditions, s’abstraire de ce bel ensemble ? Comment pourrait-on ne pas avoir comme ultime référence, comme témoin fondamental, comme objectif suprême, cet ordre bon qui se trouve au fond, au tréfonds de notre conscience. On croit en l’existence de ce bien.

Et puisqu’il est la Vérité du monde, l’alpha et l’oméga, c’est sûr que nous sommes persuadés que tous les bons sentiments, les bonnes intentions vont dans son sens et ne peuvent que triompher. Comme si ce n’était pas le pouvoir et le fric qui gouvernaient le monde, comme si les hommes étaient bons, comme si la bonté ou le bien n’étaient pas juste des mots, de beaux rêves, et comme si la réalité n’était pas tout autre. .

Donc on peut s’engager, travailler, si c’est pour la société, si c’est pour l’ordre établi, c’est forcément pour le bien.

Au niveau de la réalité quotidienne, c’est la même erreur, mais en détail. On colle souvent à notre entourage, à notre milieu, et c’est vrai que lui, est souvent aimant à sa manière. On colle aux états d’âme ou aux humeurs d’autrui. Et puisque autrui est animé de bonnes intentions, on colle à ces supposées bonnes intentions. Si des sentiments affectueux, si de l’amour apparaissent, on colle à ces sentiments. Si un accord, une entente, ou un esprit d’équipe semble régner dans un groupe, un parti on colle à ce supposé accord ou esprit. .Si l’idée est présente que tel ou tel individu, de par son diplôme, sa fonction, son grade, est traité avec déférence par les autres, on colle à cette déférence. Si des idées, des idéaux, des objectifs partagés, collectifs magnifiques semblent dessiner un monde futur différent, magnifié, fantasmé, on colle à ce fantasme.

On a raison de faire confiance ou de prêter attention à toutes les annonces, toutes les propositions, toutes les suggestions, tous les conseils, tous les avertissements qui défilent dans les médias et sur internet, ils viennent forcément de gens qui ne veulent que notre bien, qui ne pensent qu’à nous et pas à leurs intérêts. Et même quand cela vient du caniveau, comme les interminables publicités pour les délinquants et criminels, forcément, il y a du bon là-dedans.

C’est normal. Si on fait parti d’un groupe, d’une communauté dont on est absolument convaincu que, comme nos bons parents, il a comme souci et objectif notre intérêt et notre bien, on ne peut que lui faire confiance et se reposer sur lui . Si on croit que la nature est bonne avec nous (alors qu’elle est amorale), si on croit que l’évolution va dans le bon sens (alors que les machines ont un avenir qui ne nous laisse guère de place) si on croit que ce sont les meilleurs d’entre nous qui parviennent aux postes de pouvoir, (alors que l’histoire témoigne de ce qu’ils sont) alors oui, on peut être optimiste.

Si on croit que les groupes, partis, corporations, constitués et dotés de pouvoir ne finissent pas toujours par mettre leurs propres intérêts au premier plan avant ceux de ceux qu’ils sont censés servir, on peut y coller.

Nous avons vu dans l’article précédent que la société était depuis le début et jusqu’à la fin, le sujet dont on parle, le sujet de préoccupation, l’objet de notre investissement, le sens de notre vie. Dans ces conditions comment ne pas coller à tout ce qui est elle, à tout ce qui lui arrive, à tout ses malheurs et bonheurs. C’est le lien social, manifestation ordinaire de sa présence. Tout ce qui rassemble, unit, nous plaît. On colle à ce qui colle.

Bien sûr. Dieu est bon, le monde est bon, la société est bonne, l’ordre établi est bon, le progrès est bon, l’espèce humaine est bonne, notre chef de l’État est bon. On met un enfant au monde dans ce monde bon. On met un enfant en circulation. Il ne sera pas un but, mais un moyen. Pas un but pour la société, mais un moyen. Pas un but pour les structures de la société mais un moyen. Pas un but pour les institutions, les corporations, les organisations mais un moyen à leur disposition. Son mental est conçu pour cela.

Votre récompense, ce sont ceux qui ont réussi a érigé ce principe du « coller aux bons sentiments – bonnes intentions – à un niveau formidable. De Jésus à Hitler, il s’agit d’établir un ordre parfait au nom d’une idée de la perfection imposée à tout le monde. Colle, collons, collez.Amen. Applaudissements. Les bons sentiments n’ont jamais jamais rendu plus intelligent, au contraire. C’est sûr que le monde aurait été meilleur si les hommes n’avaient pas eu l’usage de la parole. Le Verbe, c’est le mal.

P.S. A la limite, (en me bouchant le nez très fort), je ne sais pas s’il ne faudrait pas une renaissance du catholicisme. Il y a tellement de gens qui sont chrétiens jusqu ‘au bout des ongles, de façon intensive, sans le dire ou le reconnaître pour ne pas être ridicules, que au moins, ce serait plus clair.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...