LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

14 janvier, 2021

D’UN NARCISSISME LABORIEUX

Classé dans : Non classé — inconnaissance @ 12:49

Il est possible d’observer, dans sa conscience, la naissance et la formation de l’objet de pensée-soi, alors que quelques instants auparavant on était liquide ou fluide et sans contours.

Les pensées qui servent à se penser sont souvent assez discrètes, assez subtiles. Mais une bonne partie de ces pensées consistent en des jugements bien formés. Et ces jugements donnent naissance à des objets de pensée-soi bien plus clairs. L’objet de pensée-soi  » je  » dans le cogito de Descartes est bien plus difficile à appréhender que celui qui résulte de la pensée : je suis un imbécile !

Comment les pensées qui servent à se penser pourraient-elles ne pas être fréquemment des jugements quand depuis notre prime enfance, on n’a cessé d’être jugé en fonction d’innombrables et divers critères par d’innombrables personnes, et quand notre désir essentiel est de rentrer dans la société et de lui convenir. Aujourd’hui, c’est pareil, on entre dans de très nombreux domaines qui, tous, ont leur système de jugement.

Peut-être direz-vous que tous ces jugements, tous ces critères, tous ces systèmes ont une raison d’être : le bien des gens. Ce serait à mon avis se tromper. Ils sont de nature, surtout, à profiter à de grandes structures (comme l’Etat) ou à un grand ordre établi, eux-mêmes servis par les critères de sous-structures ou de sous-ordres établis , eux mêmes servis par les critères de sous-sous-structures ou sous-sous ordres établis eux-mêmes etc Au bout du bout du compte, il y a des individus qui en profitent bien peu ou pas du tout (ce n’était pas le but en fait)

Tout ça, ça produit des jugements qui, s’ils ne nous atteignent pas tous forcément, ont quand même, par nature, l’ambition d’étendre leur emprise. (voir l’exemple de l’hyper-bureaucratie chère à EM)

Donc, un objet de pensée-soi apparaît comme conséquence d’un jugement. C’est chouette ! C’est fraternel ! C’est du lien social ! C’est la bonne conscience d’avoir une mauvaise conscience  dans notre cher christianisme !

Plus précisément, on peut échanger entre nous sur les raisons que l’on a de se juger.

On peut partager le sort commun qui est le nôtre à la suite de critères de jugements communs.

On peut échanger gratuitement – c’est sans conséquences – nos avis sur ces critères de jugement.

On se vante ensemble du mérite que l’on a de devoir se mettre en règle avec ces critères

On se reconnaît dans notre respect commun de ces critères.

Les pensées-jugements nous permettent donc de nous raccrocher aux autres, de croire que l’on est fraternel.

Pauvre de nous !

Ce sont les péripéties de l’objet de pensée-soi.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...