LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

15 janvier, 2021

DES POSTULANTS ALLUMES

Classé dans : Non classé — inconnaissance @ 20:52

C’est le piège favori du mental. Dès que l’on est un enjeu pour soi-même parce que les circonstances s’y prêtent – sentiment que c’est important – on a tendance à confier toute la responsabilité au penseur. C’est le penseur qui comprend, qui prévoit, qui fait appel au savoir. C’est le penseur qui se saisit des pensées, qui donne l’impression que l’on est en maîtrise, et qui rassure. C’est le penseur qui peut s’affirmer..Les circonstances, la situation, les personnes présentes ont été comme autant de stimuli qui ont réactivé tout un arrière-plan de pensées. Le monde a pris de l’épaisseur, du poids. En tant que penseur, on a l’impression d’exister. C’est mieux pour faire face et tout prendre en compte.

Si on revient très loin en arrière, il y a eu un temps où l’enfant ne se disait pas qu’il existait, ne se demandait pas qui il était et comment vivre. C’est dans un miroir ou dans le regard de ses parents qu’il s’est vu et donc qu’il a pris conscience de lui-même. Et en même temps il a pu commencer à se penser.

Autre régime.

Il y a pourtant un fait incontestable : on aura beau vous faire tous les reproches du monde, et des plus graves, on aura beau vous interpeller, si vous ne vous pensez pas, si vous excluez de vous regarder dans les expressions des autres, cela ne vous atteindra pas. Ce n’est pas idéal pour prendre une décision en fonction de nombreux paramètres, mais c’est ce qu’il y a de mieux pour ne pas être impressionné, influencé, manipulé, déstabilisé. Cela met bien en évidence qu’il y a deux façons d’être distinctes : être un penseur ou un objet de pensée-soi ou être en amont.

La soif d’exister pour le monde, pour la société, d’y jouer un rôle sinon notoire, du moins remarqué, peut nous dévorer.Tout devient important voire devient personnel. 

Faire gaffe, vouloir, sur le modèle de certains personnages -dont un allumé célèbre – avoir une dimension, morale universelle, au moins pour soi-même, contamine les détails de la vie quotidienne. « Plus personne ne pourra ignorer l’enfer que vivent les Ouighours «  ‘(Figarooooooooo) Les zozos, les zazas, les zuzus, les zézés, les zinzins, vous ne pourrez pas dire que vous ne le saviez pas. Priez votre  père du ciel.


Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...