LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

1 mars, 2021

DEPERSONNALISATION

Classé dans : Abnegation — inconnaissance @ 12:02

L’excroissance de soi ou pensée de soi ou je n’ont jamais été nécessaires pour répondre ou réagir aux perceptions, sensations et phénomènes bruts de la conscience ; ils ne se manifestent qu’en réponse à une pensée ou compréhension du monde ou des autres, en vue d’assumer un rapport ou, une relation avec eux, présente ou à venir. Regard, paroles, désirs des autres, création d’un soi approprié d’après ce qu’on en comprend.

Cette pensée du monde ou des autres a-t-elle une âme, un cœur vivant ? Non, c’est ce que notre apprentissage , notre mémoire et notre intelligence fournissent comme éléments. Cela fonctionne automatiquement.

Tout ce que l’on peut penser ou imaginer est connu et sans mystère, quoique surprenant parfois. Tout le bien et tout le mal est là. (pas au ciel ou je ne sais où) On n’en fera pas d’autres. C’est l’histoire du je.

Le rapport de l’excroissance de soi ou pensée-je au monde et aux autres qui se présentent est parfois heureux quand on a réussi ce que l’on devait réussir, mais il est souvent aussi pénible, voire malheureux. La réponse selon son propre apprentissage, n’a pas été bonne. Le devoir où nous sommes de bien réagir au monde nous tourmente, nous poursuit parfois jusque sous nos draps. Il faut perpétuellement modifier, améliorer, remettre à jour, corriger notre apprentissage.

Vouloir à tout prix être bien, c’est vouloir à tout prix satisfaire toutes les demandes de la société , dans tous les domaines. Il n’y a pas d’autre bien que la loi de la société. L’instinct de conservation, naturel, est devenu l’instinct de conservation de l’objet de pensée-soi plongé dans la société.

Quelle différence y-a-t-il, non pas dans le degré, mais dans la façon dont on vit les reproches que l’on se fait, quand on a enfreint la morale, les exigences professionnelles, ou sociales de toutes sortes ?

Quelles questions importantes pouvons-nous nous poser en dehors des moyens, façons, d’atteindre les buts que nous nous fixons ? Quels buts nous fixons-nous en dehors de ceux que la société nous assigne ? Comment faire coïncider ce que l’on croit savoir et ce que l’on nous demande ?

Certes, en mourant on peut regretter tout ce que l’on a aimé et goûté dans la vie, mais on ne peut pas regretter la disparition, l’anéantissement des processus mentaux qui ne sont pas agréables mais que l’on est obligé de supporter, la disparition des personnes qui n’ont jamais été agréables mais que l’on a été obligé d’endurer. Et inversement, on ne va pas regretter la mort de ces dernières personnes.

Bon débarras !  Allons franchement…

https://www.youtube.com/watch?v=2AFuhQnx6X8

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...