LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

19 janvier, 2019

DETRUIRE DIT-ELLE

Classé dans : Action — inconnaissance @ 9:04

Les gens immatures sont destinés à suivre les chefs. Ils ont besoin d’un chef, d’un leader, d’un guide etc. Ils sont naturellement dépendants.

Pareil pour les peuples. Être immature, c’est encore croire que des gens peuvent donner des leçons de morale, corriger les autres, être plus moraux ou mieux que les autres sous le simple prétexte qu’ils occupent un poste plus ou moins éminent dans la société. Les gens immatures trouvent normal qu’on s’adresse à eux ainsi et les leaders, les chefs, les autorités ne s’en privent pas. Logique ! Dans ces conditions, un chef d’Etat, par exemple, peut jouer au Père de la Nation. Le Père édifie, corrige, réprimande, conseille, éduque etc c’est tout. La politique ou l’économie, ce n’est pas pour les enfants. (inversement, quand un petit con essaie de faire la morale à quelqu’un de mature, il est planté là)

Dès les premiers paragraphes d’une certaine lettre aux Français, les valeurs de la République sont de sortie. Justice, solidarité, fraternité, égalité, liberté d’expression et de conscience,. C’est comme si l’auteur en avait la garde ou en était le garant, et nous non. (on n’irait pas citer ces valeurs à quelqu’un dans la conversation courante) Paternalisme. Il commence à leur donner un sens, pour nous..A nous de le recueillir et d’en tenir compte Paternalisme.

Le décor est planté. Depuis ce poste, il pourra juger si nos actes, nos décisions, nos paroles respectent bien ces valeurs selon lui. Paternalisme. Notre liberté par rapport à ces valeurs ? Exclue. Sens personnel de ces valeur ? Exclu. Application personnelle de ces valeurs ? Exclue. Drôle de père qui maltraite ses enfants et les abandonne à des étrangers qui s’en occuperont et leur donneront des ordres. Mais les enfants ne remettent pas en cause le Père. Ils sont affectivement dépendants.

Il est en effet parfaitement clair que l’on ne peut pas désobéir ou agir selon sa propre conscience, librement, si on est encore dépendant du jugement de l’autorité, si lui déplaire, la contrarier, la mettre en colère, susciter sa condamnation a encore un effet sur soi. .

SADE disait «  La première et la plus belle qualité de la nature est le mouvement qui l’agite sans cesse  «  Je préfère dire que tout est action. (le mouvement pose des problèmes de définition) Action avec ou sans acteur volontaire. Le vide n’est pas vide, le zéro absolu n’existe pas. Dans la nature, dans les organismes vivants, l’action est partout présente. L’action signifie effet, modification, destruction, métamorphose, déplacement. Même celui qui reste immobile, qui passe son temps à méditer, ne peut pas empêcher son organisme de fonctionner sous forme d’action-réaction, et les gens autour de lui de travailler pour lui apporter de quoi manger, et éventuellement se vêtir et se loger. La vie, l’univers, tout est action. Dans une pierre, les atomes, les électrons, les particules se démènent. Agir apporte du contentement, c’est naturel. Se forcer à ne pas agir, être empêché d’agir apporte du désagrément. C’est anti-naturel. .

Or l’action, justement, pose et a toujours posé un gros problème à travers ce qui peut ou ce qui doit être impacté, modifié, détruit, métamorphosé, déplacé. L’action pose un gros problème à la société, elle n’est pas forcément prête à être impactée, modifiée, détruite, métamorphosée, déplacée. La société a posé des principes qui ne doivent pas bouger. Sauf cas exceptionnel.

C’est l’apanage de ceux qui ont du pouvoir de pouvoir agir. Ils peuvent détruire, modifier, plonger dans la misère des milliers de gens Ils peuvent agir à plus ou moins grande échelle et produire des résultats plus ou moins importants, quelque fois d’un trait de plume. Ils ont la force avec eux.

Les gens immatures se contentent des bonnes paroles qu’on leur adresse pour justifier cela. (aux grands maux les grands mots) puisque de toute façon, les sentiments, les intentions, les valeurs sont beaux et qu’ils ne regardent pas ce qu’il en sera concrètement. L’homélie laïque leur suffit. Leur moi ne se nourrit que de ces bons sentiments . Tout est toujours une question d’attente. Le moi est une attente. Donnez-lui ce qu’il attend, et il sera conquis. Si notre attente fondamentale est la satisfaction de l’autre, de la collectivité, de la société, on est mort.

Agir. ? Voyons, sur quoi peut-on agir dans notre société actuelle quand on n’est pas à un poste de pouvoir important  et par quel moyen ? Qu’est-ce que l’on peut impacter, modifier, détruire, métamorphoser, déplacer ? Qu’est-ce qui n’est pas proscrit par des lois, des règles, des codes ? Et qu’est-ce qu’on obtiendra quand on aura respecté tout cela ? .Ou qu’est-ce qu’on obtiendra si on fait tout ce qu’on nous dit de faire  mais qu’on n’est pas immédiatement utile au pouvoir ?

Globalement, on agit sur la matière au moyen du corps ou d‘instruments concrets, et sur l’esprit par l’esprit. On ne touchera jamais ce qui est immatériel, incorporel. Seul l’esprit peut agir sur l’esprit. Mais l‘esprit ne modifiera jamais la matière sans l’intervention du corps (sauf dans les légendes, le fantastique et les évangiles) Seul le corps peut agir sur la matière, même s’il est guidé par l’esprit. On ne pouvait donc que s’attendre à ce que la planète elle-même subisse l’action de ceux qui ont les moyens d’agir sur elle, comme on ne pouvait que s’attendre à ce que l’esprit des hommes subissent l’action de ceux qui en ont les moyens.

Agir par l’esprit sur l’esprit  : parler écrire. être un créateur artistique. Agir su la matière par des moyens concrets, on sait ce que c’est : toutes les techniques, l’artisanat etc.

Ni l’autorité, ni le pouvoir n’aiment la concurrence. La concurrence doit être chassée, abolie ou écrasée. Le pouvoir agit. Et tous ceux qui agissent par l’esprit sur l’esprit ou sur la matière, par l’esprit et des moyens concrets ne peuvent guère aller contre l’action du pouvoir. L’apanage de l’usage de la force par les forces de l’ordre n’est qu’un cas particulier parmi beaucoup d’autres. Les grands projets, les grandes transformations, les grandes propagandes sont aussi sont apanage.

carri

Les enfants, on le sait, ne peuvent pas faire grand-chose quand ils sont sous la surveillance étroite de leurs parents. Les enfants font ce qu’on leur dit de faire ; C’est l’action permise, voire obligatoire. (une sorte de prolongement de l’action des parents) Ou alors ils ne font rien pour ne pas enfreindre les innombrables lois, règles, codes, contraintes, auxquels ils sont soumis. Je m’ennuie disent-ils. Mais enfin, tu ne sais pas t’occuper. Oui, mais fais pas ci, fais pas ça, fais pas ci, fais pas ça. (ou alors les adultes organisent eux-mêmes des jeux bien encadrés) .

On peut prendre plaisir à ce qu’on fait, on peut aimer le travail bien fait, on peut recueillir des compliments, des louanges, on peut s’élever socialement, on peut s’enrichir, mais il est rare que l’on ne fasse pas simplement ce qu’on nous a appris à faire comme on nous l’a appris. Et on ne nous laissera pas tranquilles. On ne sera jamais assez encadré. On ne sera jamais assez taxé.  A moins que l’on serve directement le pouvoir. . Parler, écrire, créer artistiquement  être un citoyen actif ? Dans quelle mesure n‘agissons-nous pas conformément à des lois, des valeurs morales, des vérités établies (politiques ou économiques) , des opinions, des objectifs qu’on n’a pas choisies. ? Agir, oui, mais de façon impersonnelle. On peut juste prendre du plaisir à le faire.

Mais quelques uns décident à notre place, en notre nom, (satisfont leurs désirs personnels) puis nous rendent responsables et comptables des résultats des décisions qui ont été prises à notre place, en notre nom. Là, la responsabilité est personnelle, individuelle. Quand on ne peut même pas trouver du plaisir à ce qu’on fait, que se passe-t-il ? Quand ce plaisir devient lui-même objet de tracasseries  ou quand la moindre des fonctions sociales est l’objet d’un encadrement de plus en plus poussé ..

http://y-a-s.over-blog.fr/article-en-france-interdit-de-fantasmer-119715975.html

Etat policier. Bon, laissons les enfants, si on continue comme cela, de la même façon, bientôt on ne pourra plus s’amuser avec certaines catégories de personnes, certaines institutions, certains symboles.

macr

Que risque-t-il de se passer ? Quand les décisions prises par quelques uns en notre nom, et contre notre volonté, ont de tristes conséquences et que l’on nous rend responsables de ces conséquences, que se passe-t-il ?

Qu’est-ce que l’on peut changer ou détruire qui ait quelque importance ? Quelles idées peut-on propager de façon conséquente qui soient hors des clous ?

Une société a été formatée par les pouvoirs qui se sont succédé. Et il me semble que l’esprit de la plupart des gens est plus beau, plus propre que la façon dont fonctionne la société. Et il me semble que l’esprit d’un enfant est plus beau, plus propre que celui d’un adulte qui a dû s’imprégner de la façon dont fonctionne la société. ROUSSEAU en quelques mots : les pensées qui vous visitent sans votre permission, celles qui passent sans que ne les ayez appelées, ont comme caractéristique de vous mettre en scène dans la société. Votre passé revient, votre futur est anticipé.  Bon. Est-ce que ces pensées vous apportent du plaisir, de la joie, du bonheur ? En général, elles sont plutôt sources de tracas ou de déplaisir. En général, elles n’améliorent pas votre cas. Qu’est-ce que l’on peut détruire qui peut être, qui doit être détruit parce que c’est mauvais, nocif, malsain ? Pour le moins ce qui fait souffrir, ce qui nuit, ce qui empoisonne. L’action.

Qu’est-ce qui nous est le plus salutaire aujourd’hui, une musique qui exprime l’individu (romantisme) :  

https://www.youtube.com/watch?v=0qaduXumYyo

ou une musique qui peint la société (plutôt 20e siècle..Badaboum badaboum pouêt pouêt rrran rran) ?

 

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...