LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

24 février, 2015

BIENHEUREUX SACHER-MASOCH

Classé dans : Christ — inconnaissance @ 22:18

cruci3

Le Pape François s’est-il montré chrétien en déclarant : « si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre un un coup de poing, et c’est normal ». N’aurait-il pas dû dire : si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à ce que j’en parle mal également . Parce qu’enfin, Jésus n’a pas seulement dit, en vérité, en vérité je vous le dis «  quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tend encore la joue gauche «  il a dit aussi, en vérité je vous le dis : « veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau «  et encore : «  te requiert pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui « Cède à son désir, celui-ci serait-il mauvais.  

Quelle autre religion a pour modèle et idéal, un supplicié ? La crucifixion de Jésus n’est pas seulement le fait de vilains Romains qui n’ont pas su épargner un tel prophète, ce n’est pas seulement un châtiment couramment pratiqué à l’époque, ce n’est pas un supplice auquel Jésus aurait voulu échapper, ce n’est pas un événement spécifique à l’époque, à cet homme, aux circonstances, ce n’est pas de l’histoire ancienne, ce n’est pas un symbole dépassé.

La croix – et ce qu’elle rappelle – est omniprésente dans nos pays chrétiens. Elle est dans toutes les églises, en plusieurs exemplaires, bien sûr. Elle est sur toutes les routes. Elle est omniprésente dans l’art.

Au-delà du supplice proprement dit et des images gores à souhait que l’on trouve, à quoi renvoie-t-elle ? A la sanctification, au caractère salvateur de la souffrance.

Jésus est le modèle suprême. Et c’est le modèle suprême parce qu’il a donné sa vie pour nous sauver, pour racheter nos péchés (si on croit en lui) et parce que ce don de sa vie se présente comme un supplice atroce, indépassable. Ce supplice suprême rend humbles tous les hommes.

cruci1

 

Un modèle, cela s’imite. Un modèle, c’est un but dans la vie. (« L’imitation de Jésus-Christ » est le manuel du parfait masochiste)

Les innombrables croix nous rappellent sans cesse cela. Ce symbole réactive un conditionnement millénaire et profond.

Lequel d’entre-nous ne pensera pas qu’un homme dont la vie a été très douloureuse mérite le ciel ? Lequel d’entre-nous pensera qu’un homme qui s’est adonné au plaisir toute sa vie mérite le ciel ? Le ciel est une récompense suprême qu’il faut mériter. Le mérite doit être à la mesure de cette récompense. Ce n’est pas rien.

Lequel d’entre-nous pense que justice ne peut être rendue que sur terre ? Lequel d’entre-nous a définitivement renoncé à une justice dans l’au-delà ? Le paradis est associé à cette idée de mérite et de justice. Être maltraité, endurer la maltraitance, voilà qui donne du mérite et qui appelle la justice.

«  Heureux serez-vous lorsqu’on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande au ciel. «

Dans les premiers siècles après Jésus-Christ, on a eu beaucoup de martyrs. Et quels martyrs ! Quels complexes ils nous donnent. Voilà ! Voilà de vrais croyants, de vrais disciples du Christ ! Plus tard, au Moyen-âge, on pratiquait assidument la torture dans le but de rendre saints, de convertir les hérétiques, les pécheurs, malgré eux. Christ avait montré la voie. (et je ne parle pas des sévices que l’on s’infligeait)

Nous n’en sommes plus là. Mais nous conservons encore en nous l’idée bien ancrée, que la souffrance, c’est bien, le plaisir, c’est mal (ou beaucoup moins bien que de supporter une souffrance). 

Oui, bien sûr, ce n’est plus pour la cause du Christ, le plus souvent, que nous acceptons de renoncer au plaisir et de prendre de la peine, c’est pour des causes plus morales et humanitaires. C’est par vertu. Mais est-ce que le sentiment d’être désintéressé et de prendre de la peine ne nous fait pas espérer une récompense, ne nous rend pas dignes d’être récompensés

Certains répondront oui, d’autres se satisferont du plaisir que leur apporte l’idée de ne pas penser à leur plaisir, du plaisir que leur apporte la peine. Le conditionnement fait que cette conduite est très estimable et procure à son auteur un bénéfice moral.  Le masochiste jouit. Mais le vrai masochiste, au moins, ne s’en cache pas.

On ne rejette pas, on ne condamne pas, on ne méprise pas, pour toutes ces raisons, des pensées qui nous tourmentent, qui nous causent du souci. (tout ce qu’on peut imaginer, tout ce qui nous vient à l’esprit, dans le genre malheur) . Car elles sont précieuses à notre esprit chrétien, à notre bonne opinion de nous-même. .

Tout ce que l’on ne peut pas décider de faire quand on le veut est le fruit d’un conditionnement. Pourquoi pas ? Bon. Mais admettons au moins que ce conditionnement a pour effet de nous gâcher la vie, et que, logiquement, ce qui nous gâche la vie devrait être rejeté. Ce n’est pas rejeté, au contraire, parce que selon ce conditionnement, le plaisir est mal, le déplaisir est bien – le désintéressement, c’est bien – on trouve donc mentalement du plaisir à notre déplaisir et on ne veut pas renoncer au premier. (c’est le moi qui réagit ainsi) On ne peut même pas abandonner une conduite apparemment vertueuse mais qui a de sérieux inconvénients, des effets pratiques néfastes.

Cela peut être une tournure d’esprit permanente. A partir du moment où on a intégré le fait qu’endurer, surmonter, se soumettre, mériter, prendre sur soi, est bien, cela veut dire qu’on a tourné le dos à son propre plaisir. Tout, alors, est une occasion de pratiquer cette philosophie : avec ses propres pensées, avec ses propres désirs, avec sa propre conscience. Masochisme rampant. Masochisme qui recueille l’estime, la reconnaissance des autres. (il est des nôtres…..) La raison est simple, c’est toujours la même : son propre plaisir ne peut être innocent, complètement légitime.

Si tout cela nous tient, si nous ne parvenons pas à nous défaire de tout ce qui, dans la vie, assombrit notre joie, ce n’est pas parce que nous ne luttons pas contre ces choses, ce n’est pas parce que nous manquons de je ne sais quelle force de caractère, c’est parce que nous ne méprisons pas ce qui nous gâche la vie, ne sommes pas allergiques à ce qui nous pourrit l’existence, c’est parce que nous n’aimons pas le plaisir. Trop complices avec nos pensées, trop suspicieux avec nos désirs, trop méprisant à l’égard de notre conscience. Ne pas partir de soi, trouver une raison de renoncer à soi. La disposition d’esprit qui nous fait tourner le dos à notre propre plaisir est une disposition du cœur. Et la question est vraiment de savoir ce que nous aimons : nous aimer ou nous haïr 

Le conditionnement chrétien nous a appris à répondre présents lorsque l’occasion nous est donnée de nous sacrifier. Les pouvoirs politiques ont ce grand avantage de pouvoir compter sur notre esprit de sacrifice. Et ce sacrifice pourra être très grand, puisque c’est le meilleur moyen de mériter le ciel. Ainsi, SADE tend la perche au chrétien. Ses personnages cruels fabriquent des élus à la pelle. Il ne manque à ces derniers, pour être assuré du paradis, que de mourir en priant Dieu. Il montre aussi très bien en quoi cette exploitation de la piété et de l’esprit de sacrifice du peuple sert le pouvoir. Et si le pouvoir ne permettait pas de jouir de sa domination sur les autres, de l’humiliation, de l’abaissement des autres, de la servitude des autres, bref de ce masochisme accepté mais non reconnu , il ne serait pas aussi attrayant.

« Les individus ne sont rien en politique. Machines secondaires du gouvernement ; les hommes doivent travailler à la prospérité de ce gouvernement et jamais le gouvernement ne doit travailler à celle des hommes. Tout gouvernement qui s’occupe de l’homme est faible , il n’y a de vigoureux que celui qui se compte pour tout et les hommes pour rien….ce qui est essentiel, c’est que la chaîne pèse lourdement sur le peuple et que le souverain soit despote » « Rien n’assouplit le peuple comme les craintes religieuses, il est bon qu’elles lui fassent redouter d’éternels supplices s’il se révolte contre son roi, ….nous autres grands de la terre, méprisons et bravons ces foudres fabuleuses du méprisable Vatican, mais faisons-les craindre à nos esclaves ; c’est encore une fois l’unique moyen de les maintenir sous le joug. »

Dès que l’on parle de plaisir, l’égoïsme n’est pas loin. Et l’égoïste est vu comme quelqu’un qui ne pense qu’à lui, qui ne vit que pour ses intérêts. Comme s’il faisait de son plaisir, un but. C’est la caricature. Mais inutile d’aller si loin. Le non masochiste revendique seulement le droit – et c’est énorme – d’écarter ce qui lui cause du déplaisir. C’est énorme parce que la vie sur terre fourmille de sources de déplaisirs. Les écarter, ne garder que ce qui n’est pas déplaisant conduit à être à l’écoute de soi et de ses ressentis.

Le christianisme fait de la situation de misérable, de gueux, de pauvre, d’affligé, un idéal (« va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, tu auras alors un trésor dans le ciel ») et un moyen de juger les hommes. Le déshérité souffre (pale copie du Christ) , et le nanti doit souffrir pour ne pas avoir porté secours au déshérité. Le mauvais riche – adonné à son plaisir – est le symbole parfait du damné. (aucune trace de considération politique. Le christianisme est apolitique, et en même temps c’est un ensemble de préceptes sur la vie en société et sur les relations entre les catégories de gens dans la société. Aux hommes de supporter la contradiction qui peut exister entre ce modèle de société et l’ordre établi. Là encore, entre le marteau et l’enclume, ils seront les éternelles victimes)

Le masochisme est le sens profond du christianisme. Il s’agit de faire de sa propre douleur, de sa propre peine, une valeur en soi. Il s’agit de condamner définitivement l’amour du plaisir (renoncer à soi-même). Une fois le principe admis, les possibilités sont immenses à l’égard du corps et de l’esprit. Mais comme cela va contre la nature humaine, comme cette nature n’a rien de masochiste, les stratégies mentales, les chemins détournés que l’on est obligé d’emprunter ont de quoi rendre tordu, malsain ou pire. Parmi les chemins empruntés, il y a le fait de se venger sur les autres. Le sadique va avec le masochiste. On est tour à tour l’un et l’autre. . La figure du Christ sur la croix jette une ombre sinistre sur le monde.

cruci4

Cette ombre, c’est celle de la haine avec sa longue histoire. La moindre considération pour ce monument du sacrifice et du malheur, fait que l’on ne se sent pas autorisé à écouter l’appel de sa conscience. On est comme SACHER-MASOCH : on revit la scène primitive, encore et encore. Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa.

Une autre réponse possible pour le Pape François quand on dit du mal de sa mère : « qui est ma mère, qui sont mes frères ? Celui qui fait la volonté de mon Père, celui qui vit dans l’amour du Père, celui-là m’est un frère et une mère, une sœur. »

 

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...