LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

27 mars, 2021

QUO VADIS

Classé dans : Christianisme — inconnaissance @ 20:41

Parce qu’il est simple, simpliste dans son essence, dans ses principes, le christianisme a connu son plus grand succès, sa plus grande diffusion dans les époques ou les lieux où l’ignorance, la misère, le malheur, la crédulité régnaient. Rien ne fait rêver, en effet, comme le malheur ou la misère un tant soit peu conscients d’eux-mêmes, et pas de gens plus faciles à tromper que les ignorants et les naïfs qui cherchent un sauveur.. Le sentiment et le rêve sont assez de nature à croître démesurément, et l’objet de pensée-soi qu’ils entraînent à leur suite est atteint soit d’hubris soit de délires.

Le christianisme a bien sûr aussi toujours reposé sur l’endoctrinement très précoce des enfants, de façon à les marquer à jamais. Il a beaucoup moins de chances de réussir avec des adultes éduqués, suffisamment cultivés, réalistes et conscients de leur propre nature, contrairement au bouddhisme qui est une sagesse infiniment plus profonde, élaborée, instruite  (bien sûr l’institution a ses dérives)  C’est que de toute façon, le bouddhisme s’adresse aux individus alors que le christianisme s’adresse aux masses. Il s’agit de troupeaux.

L’apogée du christianisme s’explique par une présence encore très importante en Occident et par l’expansion, les conquêtes de la civilisation occidentale avec sa culture et sa religion. (Amériques, Afrique notamment et des parties de l’Asie) Depuis qu’il n’en est plus question, et du fait de l’évolution des populations européennes, le christianisme tend à devenir une spiritualité comme une autre en Europe. Et comme il n’est pas intelligent, il régresse. Tout juste peut-on encore espérer que certains de ses rites et de ses traditions soient perpétués par une minorité de nostalgiques des temps glorieux, des temps où il faisait l’unité des nations. Là, le rêve fou, c’est la nostalgie (celle des non-chrétiens, pro-chrétiens, pas chrétiens par exemple) .

La pérennité du christianisme, maintenant qu’il n’est plus un pouvoir politique, dépend donc de l’existence de populations déshéritées à tous points de vue qu’il peut encore travailler et à qui il peut encore proposer ses rêves de paradis et son système de péchés. Si ces populations manquent, il faut les créer. Quand elles sont encore gagnables, il faut appuyer toutes les politiques qui favorisent la misère ou contrer toutes celles qui favorisent le progrès et l’émancipation (voir Jean-Paul 2/Amérique latine) .

L’islam étant une arme de destruction massive de la civilisation européenne maniée par ceux qui veulent voir sa disparition, tout particulièrement dans certains pays, c’est une promesse de paupérisation, de désordre, de malheurs que le christianisme accueille avec joie. Il ne peut qu’en tirer bénéfice. Après tout, tous deux demandent la soumission. Quant aux nations qui défendent encore leur héritage chrétien, elles se soumettront tôt ou tard, surtout si l’UE perdure et persiste dans sa politique.

Les USA sont un cas a part Avec les latinos, l’immigration est chrétienne . Juste retour des choses.A chacun ses problèmes de colonisateurs même si là c’était beaucoup plus grave.

12

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...