LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

10 novembre, 2020

DU POST-CHRISTIANISME

Classé dans : Christianisme — inconnaissance @ 11:55

Certains ont beau vouloir sucer des racines ou que les autres sucent des racines, il faudra bien un jour que l’Europe abandonne ses valeurs chrétiennes. C’est le sens de l’histoire. L’histoire, on la connaît. C’était d’abord des conquêtes associées à des évangélisations ou missions (allez, enseignez toutes les nations, baptisez-les). Puis ce furent des colonisations pour apporter la civilisation et le christianisme. On a vu les conséquences. Beau résultat ! On voit où en sont la France, l’Espagne et même l’Angleterre pourtant plus pragmatique.

Enfin, ce sont des guerres pour rétablir les droits de l’homme. Quels droits de l’homme ? Ceux issus du christianisme. Car le christianisme, après tous ces siècles d’endoctrinement, de conditionnement, est passé dans les mœurs. Le surnaturel, les Mystères, la fantasmagorie, les pompes et même les sacrements du catholicisme sont passés de mode. C’est désuet, ridicule même. Mais le message de l’Evangile lui, est appliqué tous les jours. Le bien, le modèle d’homme pour tout le monde, c’est le modèle chrétien. Un modèle universel. Ce n’est pas le modèle athée ou bouddhiste ou confucianiste ou hindouiste ou musulman (cet islam qui est si beau en France et si problématique hors de France. Comme c’est bizarre ! )

Les pauvres qui croient à une séparation du temporel et du spirituel qui n’a jamais existé et qui ne comprennent pas qu’aujourd’hui, la hiérarchie catholique n’a plus que du temporel à se mettre sous la dent pour garder une influence. 

Non, un enfant n’a pas à se sentir responsable ou impliqué quand les idées, les projets, les ambitions de ses parents s’effondrent. Il n’a pas à épouser les sentiments de ses parents pour toutes sortes de choses. Nous n’avons pas à nous sentir responsables et impliqués quand des structures politiques ou sociales, dans d’autres pays ou en France se délitent . Nous n’avons pas à épouser les sentiments, que ceux qui ne nous ont jamais demandé sérieusement notre avis, éprouvent pour toutes sortes de choses qu’ils ont construites. Nous sommes responsables de ce que nous faisons quand nous n’agissons pas sous la contrainte. C’est tout.

Il faudra un jour abandonner ce modèle d’Homme chrétien, universel, civilisateur ou missionnaire, détenteur de La Vérité. Nos dirigeants ont toujours pu commettre leurs méfaits ou faire leurs dégâts parce qu’ils se sentaient soutenus par la population, parce que la population partageait leurs idées et admiraient leur fonction ou leur grade. D’autres dirigeants européens se sont montrés moins prétentieux et les peuples s’en sont très bien trouvés.

Nous n’avons pas à adopter une morale qui nous est dictée de l’extérieur, une morale issue des évangiles qui sont une suite continuelle de menaces (voir le nombre de fois où le mot « malheur » est utilisé)

La grandeur ancienne de la France qui fait tant rêver certains était aussi la puissance de la culture chrétienne . C’est à dire que pendant un certain temps, les progrès scientifiques et techniques qui se trouvaient surtout dans l’Europe de l’Ouest ont coïncidé avec un rayonnement encore grand du christianisme. Mais c’est fini des deux côtés. Il reste aux Français le sentiment du péché, la sensiblerie et le sentimentalisme , la charité et l’altruisme, la peur, promus par les évangiles. Destin d’agneau pour le sacrifice s’ils en restent là. .

Prière du matin : je ne suis pas chrétien, et je n’ai pas l’intention de le devenir.

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...