LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

12 décembre, 2020

DES COMIQUES

Classé dans : Comique — inconnaissance @ 13:23

Le métier de comique a, au fond, peu évolué à la télévision depuis Fernand Raynaud jusqu’à aujourd’hui, c’est seulement le talent et la liberté d’expression qui change ou évolue.

Il s’agit de susciter le rire en tournant en dérision, en ridiculisant des opinions, des comportements, des valeurs communs de façon inattendue et pertinente. On s’attaque aux clichés, au besoin en se servant d’autres clichés, aux personnalités c’est à dire à leurs manières ou à l’admiration qu’on leur porte, on encourage, flatte la méchanceté présente en chacun, on ridiculise la vie quotidienne, des manies, des habitudes, des types, on met en évidence l’absurdité de l’ordre établi, on démolit certaines causes (ismes) au nom d’autres causes, les partis-pris primaires au nom d’autres partis-pris primaires, on jure, on se complaît dans les gros mots et la vulgarité. Bref, on se permet des libertés, des outrances, des moqueries, des attaques, des caricatures etc que l’on ne peut pas se permettre dans la vie courante. C’est décomplexant, libérateur et jubilatoire. (déconstipant pour les moins constipés) Plus ou moins bien sûr. Comiques bon-enfants, comiques raffinés, comiques gras, comiques clowns, comiques décapant, comiques ravageurs il y en a de toutes sortes et ils ne sollicitent pas les mêmes zones chez nous et le même genre de rire.

Le désir de plaire, de faire référence à ce qui est commun, d’éviter le dérapage fautif, risquent toujours de brider la créativité du comique. Certains imitent monsieur tout le monde ou des types, des catégories (autodérision ) d’autres imitent ou caricaturent des gens célèbres.

Le métier de comique a toujours été dangereux et difficile. Les bouffons, les auteurs de pièces de théâtre ou de films, les grands hommes d’esprit, les grands humoristes en savent quelque chose. C’est que s’ils sont, forcément dira-t-on, bien moins intelligents que les grands penseurs, ils sont souvent plus efficaces. On peut toujours alimenter des réflexions, offrir de nouveaux sujets de réflexion, éclairer d’un jour nouveau certaines questions, apporter sa contribution à la réflexion sur de grands sujets, ajouter des mots, des concepts, des idées, oui, mais tout ceci, c’est pour la pensée, pour le penseur qui se trouve alors relancé. Il est rare, au fond, que cela touche personnellement les gens et change leur vie. Les grands penseurs s’abstraient eux-mêmes, et ceux qui les écoutent ou les lisent, aussi. Ils répètent ce qu’ils ont lu, ils lisent ce qu’il faut lire. On ne s’occupe que de leurs productions intellectuelles. Tout dans la tête.

Le comique a le pouvoir, éventuellement, de mobiliser en même temps, le corps et l’esprit, le plaisir est simultanément intellectuel et physique. Et ce n’est pas si souvent. Il a le pouvoir, éventuellement, de provoquer une réaction spontanée, immédiate, innocente. La spontanéité, ce n’est pas si fréquent. . Or, les effets d’une telle réaction, d’un tel phénomène physique et mental simultané et jubilatoire sont souvent durables ou même définitifs. Tant pis pour ceux ou pour les sujets qui en sont les victimes.  .

https://www.youtube.com/watch?v=Cp-jtc-vuvo

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...