LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

8 décembre, 2020

DE VOUS A MOI

Classé dans : Pensee — inconnaissance @ 20:29

Ah tiens ! Mon sentiment-là, celui que j’éprouve en ce moment, j’imagine aussitôt qu’il est partageable, que c’est un sentiment à éprouver à plusieurs, comme s’il me mettait immédiatement en communication avec un(e) autre maintenant présent(e)

Ah tiens ! C’est pareil pour ce mot important pour moi.

Quand est-ce que je suis seul ? Quand est-ce que je ne compte pas sur quelqu’un d’autre ?

Penser, parler, perler, panser, je ne sais plus. Parler, c’est s’adresser à quelqu’un d’autre. Emetteur et récepteur. Penser c’est pareil quand ce sont des phrases, il faut bien un émetteur et un récepteur. Bizarre ! Pas seul, même en pensant. Et le contenu de la pensée est comme partagé.

Les conditions de la communication s’appliquent même quand je ne fais que penser : je pense des choses qui doivent pouvoir être comprises, qui doivent pouvoir être acceptées, je suis dans la vie sociale, dans le sens commun, dans les sentiments communs.

Cela revient à chercher des justifications pour soi-même dans l’espace de la communication, Il faut trouver ce qui mettra d’accord les autres, c’est fonctionner entièrement en tant que personnage social qui doit respecter tous les codes, se mettre en conformité, aux normes.

Quand on sait que c’est la pensée qui détermine nos choix, nos décisions, nos actions volontaires, on comprend ce qu’il nous arrive .

Une chose à faire… ? Ah oui ? A tous les coups la justification, le sens, le but, c’est pour obéir à des considérations sociales.

Vous ? Vous qui ? Vous qui quoi que ?

 

 

123

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...