LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

23 novembre, 2020

DE LA PROCREATION

Classé dans : Procreation — inconnaissance @ 17:06

Donner naissance à un enfant est un acte profondément égoïste dans la quasi totalité des cas.

Cela peut se dire ainsi : on le fait pour nous.

Ses parents lui donnent la vie pour qu’il existe pour ses parents. La société encourage cette naissance pour qu’il existe pour elle.

Autrement dit, on fait comprendre à l’enfant que sa vie doit consister à satisfaire les désirs, les idées, les attentes, les conditions, les objectifs de ses parents et de la société.

Il doit se référer à eux, leur rendre des comptes, sans cesse.

Avant qu’un couple ne se mette en tête d’avoir un enfant, cet enfant n’a de compte à rendre à personne. Avant de naître, il n’a de compte à rendre à personne. Au moment précis où il est jeté dans ce monde, il n’a de compte à rendre à personne. Son existence est sans dette et sans devoirs.

Les cas où ce serait lui qui serait la référence, sans que l’on inscrive son désir dans le cadre de ses propres idées, sont absolument rarissimes.

Aussi bien comme il ne sait rien et qu’il ne sait pas pourquoi il est là, on en profite pour lui apprendre ce qu’on attend, ce qu’on veut de lui. Et c’est un principe définitif qui s’instaure, c’est ainsi qu’il fonctionne. Le contraire devient inconcevable. Il ne sait plus lui-même, plus tard, trouver autre part que dans le bagage socio-culturel qui est le sien une raison et un sens à son existence.

Toute sa vie est consacrée aux autres, a les autres comme buts et référents. On ne l’a mis au monde que pour eux, pour qu’il leur serve. Il cherche en eux sa vie, sa raison d’être.

On conçoit donc tout naturellement que ce sont les parents, les adultes, la société qui peuvent, seuls, donner à l’enfant une identité, une consistance.

Alors à supposer que ce soit vrai, à supposer qu’il soit normal, naturel, nécessaire, de fournir à l’enfant tous les éléments nécessaires à sa vie, à quel moment devient-il personnellement responsable ? Comment savoir puisque les parents, les adultes, la société ne reconnaissent jamais leurs fautes A quel moment tout cet entourage reconnaît-il sa responsabilité pour lui avoir fait beaucoup de torts ? Jamais puisqu’on ne reconnaît jamais que l’enfant est un projet égoïste. .

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...