LES CHEMINS DE L'INCONNAISSANCE

30 mars, 2021

DES BROUILLES ET VOUS

Classé dans : Vie — inconnaissance @ 20:07

Le secret de la famille humaine, le non-dit unanimement partagé, c’est l’interrogation sur ce que vaut la vie , sur l’idée que donner la vie est magnifique. Eviter de réfléchir surtout quand on a à l’esprit ce qui attend le petit d’homme . C’est plus qu’un non-dit, c’est un état d’esprit, presque un climat dans lequel on baigne, et dont on ne peut s’extraire, sauf exception, pour examiner la question . Perpétuer l’espèce est un instinct contre lequel il est d’autant plus difficile d’aller qu’il est renforcé par une pression sociale. (mon projet, mon projet)

On hérite sans le vouloir de l’omerta qui règne à ce sujet, et de la gène qui accompagne ce refoulement . On ne veut pas trahir puisqu’on a baigné dedans depuis notre plus tendre enfance. .

Pour le dire plus crûment : que vaut la vie comparée à l’inexistence ? Que vaut le sens, le sien, celui du monde, comparé au non-sens ? Où pour détourner une formule célèbre de Daniel-Rops  : sens, où est ta victoire ? Le non-dit conduit à s’accorder sur l’idée que le monde a un sens qui va se révéler, bientôt, un jour… En attendant, que vaut-il ? Là ! Maintenant ! . Que vaut le sens que nous devons à notre éducation, à notre apprentissage ?

Dans notre vie quotidienne d’adulte, à chaque genre de pensée, un problème pour soi. La pensée, c’est le monde, et nous sommes dedans. Mais de quelle façon ? Quel rapport au monde ? La pensée de Dieu qui est tout ? Façon d’exister par rapport à Dieu ? Eh ben me voilà bien ! On me désigne d’un doigt accusateur en disant : réchauffement climatique ! Goddam ! je prends rendez-vous chez mon confesseur écologiste. « Je ne m’occupe pas de ce que les gens disent de moi, que disent-ils de moi d’ailleurs ? « -

Que vaut l’objet de pensée-soi ? Les objets de pensée-soi successifs qui correspondent à des pensées successives, ne résolvent rien, n’apportent aucune réponse, aucune solution, ils n’ont qu’une utilité, qu’une fonction : nous permettre de faire partie du monde à notre manière, une manière plus ou moins réussie, plus ou moins heureuse. Les valeurs de la société ont pour but de créer ces objets de pensée-soi successifs.

Je suis un homme ? ? ? Voir tous les discours qui vont avec, tout ce que cela nous conduit à penser que nous sommes. La vie avant tout, la vie suprême valeur. Pareil. Se rend-on compte quel pouvoir on donne aux médecins si on pense profondément que la vie est un trésor inestimable, un don miraculeux au lieu d’en rester à ce qu’est notre vie vécue. Pas théorique, elle, vraie. Ils en usent, ils en abusent ils en retirent pouvoir et bénéfices divers. Notre vie leur appartient, et pas que…Voir où en est cette caste aujourd’hui.

On peut se demander pourquoi certaines personnes tiennent tant à ce que nous soyons ces objets de pensée-soi successifs, pourquoi elles tiennent tant à mettre en valeur les valeurs de la société qui aboutissent à ce résultat.  Est-ce qu’on leur a demandé quelque chose ? Faut-il se rendre malades pour donner de la valeur à toutes ces valeurs  ou à chaque objet de pensée-soi ?

Pourquoi ce sentiment de devoir envers le monde, pourquoi tout ce qui nous entoure nous happe et nous contraint si facilement ? Les raisonnements pour condamner le monde ou ses mises à distance ne sont pas de taille à éliminer ce pouvoir. Ensuite, tout s’enchaîne, il nous revient de donner un sens à tout, à tout ce qu’on nous impose, à tout ce qui existe, comme si c’était nous qui en étions les auteurs ou les créateurs  .

123

CGT-Energie Anjou 49 |
Bella et le syndrôme " BALBOA" |
Jeunes dans la ville |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pensée..!?
| targuist
| Gabon, Environnement, Touri...